mercredi 17 juin 2020

À deux pas du renouveau


Jockey Club et Diane à huis clos.

Les annonces du Président de la République, dimanche soir, doivent permettre à France Galop d’organiser à nouveau des courses dans la région parisienne, désormais en zone verte. Toutefois, et jusqu’à nouvel ordre, ces réunions ne peuvent se dérouler qu’en l’absence de public conformément au décret en vigueur. Pour la semaine en cours, cependant, pas de changement : on a bien couru la réunion de mercredi à Angers et non Saint-Cloud, et celle de jeudi se déroule bien à Compiègne au lieu d'Auteuil.

Les courses doivent donc reprendre à Paris à huis clos pour la réunion de mardi 23 juin à Auteuil, sauf avis contraire de la Préfecture de Police de Paris. Dans l’hypothèse d’une autorisation d’accueillir jusqu’à 5 000 personnes à partir du lundi 22 juin (nouvelle étape de déconfinement), France Galop choisirait pour la journée du 5 juillet (Prix du Jockey Club et Prix de Diane Longines) de réserver l’accès aux membres de France Galop, c’est-à-dire de tous les détenteurs d’une carte : professionnels, propriétaires et éleveurs. On arrive vite à plusieurs milliers en incluant tous ceux qui doivent travailler sur place, mais France Galop fera tout son possible pour que les acteurs des courses se retrouvent enfin pour cette journée de fête.

Le retour des chevaux étrangers.
Autre développement dans le retour progressif à la normale, l'admission dans les courses françaises des chevaux étrangers depuis lundi 15 juin, comme nous l’apprenait un communiqué daté de vendredi dernier 12 juin : « Pour des raisons sanitaires, plusieurs instructions du Premier Ministre ont limité très strictement les entrées sur le territoire national et ont conduit France Galop à n'ouvrir ces courses, du 11 mai et jusqu'au 14 juin inclus, qu'aux titulaires d'une licence d'entraîneur ou d’une autorisation de monter délivrée par France Galop.

« À partir du lundi 15 juin, les chevaux étrangers pourront revenir sur nos hippodromes. Les personnes voyageant avec les chevaux seront néanmoins soumises aux restrictions mises en place par les différents gouvernements concernant les déplacements internationaux. Il est donc conseillé de s'y référer avant tout voyage. » Cela comprend également les chevaux venus de Grande-Bretagne, qui ne font pas l’objet d’une discrimination communautaire aujourd’hui.


Les engagés de l’Arc.
80 candidatures ont été reçues mercredi matin à France Galop pour le prochain Qatar prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), ou #QPAT, programmé cette année le 4 octobre. Ce stade des engagements avait été retardé de près de six semaines compte tenu des bouleversements de la saison européenne et le prix de l’engagement réduit de 8 300 € à 5 000 €. L’objectif était de fermer la course après les Poules et les Guinées, mais avant le prix du Jockey Club, le prix de Diane Longines, le Derby, les Oaks et le meeting royal d’Ascot, comme c’est la tradition. La répartition des effectifs engagés est à peu près la même que l’an dernier, lorsqu’ils étaient 81, avec toutefois 30 femelles cette année contre 24 en mai 2019, dont Enable, lauréate de la course en 2017 et 2018, puis deuxième l’an dernier, qui tente à nouveau sa chance face à Sottsass, récent lauréat du prix Ganay.


France Galop