vendredi 21 août 2020

Allez les filles !

Elle a été l’une des sensations de Royal Ascot quand elle a remporté les Queen Mary Stakes (Gr2) avec une seule course dans les jambes, en mai. Campanelle, entraînée aux États-Unis par Wesley Ward mais irlandaise de naissance, est arrivée lundi à Deauville. La pouliche sera l’attraction du Darley Prix Morny (Groupe 1), ce dimanche à Deauville. Elle tentera de faire aussi bien que No Nay Never et Lady Aurelia, lauréats de la finale des Darley Series en 2013 et 2016 pour l’entraîneur américain. En selle : Lanfranco Dettori, resté spécialement à Deauville pour elle ! Meilleure chance française, Livachope, entraînée à La Teste par Jane Soubagné, est invaincue en trois sorties. La fille de Goken, lequel avait fini quatrième de cette épreuve en 2014, peut faire mieux que papa….



À l’honneur samedi dernier grâce à Skalleti, tombeur de Sottsass dans le Prix de Gontaut-Biron Hong Kong Jockey Club (Groupe 3), la casaque de Jean-Claude Seroul sera portée par Spirit of Nelson dans le Darley Prix Jean Romanet (Groupe 1), l’autre temps fort de la réunion dominicale deauvillaise. Gagnante du Prix de Flore en fin d’année dernière, la jument aurait pu entrer au haras suite à ce succès. Mais son entourage joue les prolongations, avec bonheur puisque Spirit of Nelson vient de remporter le Grand Prix de Vichy (Groupe 3). Elle tentera d’offrir un premier Groupe 1 à son jeune entraîneur Jérôme Reynier.

San Huberto se prépare à un long voyage ! Ce stayer courra dimanche le Darley Prix Kergorlay (Gr2) avant d’entamer à Newmarket une quarantaine qui le mènera jusqu’en Australie. Car pour ce représentant d’OTI Management (un syndicat australien), Maurice Lagasse, Fabrice Chappet, Nicolas de Chambure et Riviera Equine, l’objectif automnal est de taille : la Melbourne Cup (Groupe 1) ! Vu les restrictions de circulation liées à la situation sanitaire, c’est Matt Cumani, installé sur place, qui préparera le cheval pour la course « qui arrête la nation »…

Les exploits de Jessica Marcialis  à Deauville et de Marie Vélon à Vichy ont mis les femmes-jockeys en vedette. La course au titre entre Marie Vélon (35 victoires), Axelle Nicco (31) et Coralie Pacaut (28) est aussi passionnante. Toutefois, la carrière d’une femme-jockey n’est pas un long fleuve tranquille. Quatrième au classement, Delphine Santiago s’est cassé la jambe le 2 août à Zonza, et Axelle Nicco a été victime d’une fracture de fatigue au pied la semaine passée…

France Galop