jeudi 5 novembre 2020

Pourquoi les sauteurs français sont plus précoces


Les programmes d’obstacle français et britanniques ou irlandais sont radicalement différents. Au-delà de la nature des obstacles, la plus grosse différence réside dans le programme. En France, on sélectionne en haies et en steeple dès l’âge de 3 ans et de 4 ans. 


Puis les chevaux courent entre générations à partir de 5 ans. En Grande-Bretagne et en Irlande, où les équipages de chasse ont, les premiers, organisé des courses d’obstacle, seule compte l’expérience dans la spécialité, et les sauteurs arrivent en compétition à 5 ans et 6 ans, en général. 

En France, même si le monde de la chasse a toujours été prégnant, la notion de dressage a été prépondérante. L’un des pères du « steeple-chasing » en France, le Baron Finot (1826-1906), 23 fois tête de liste des « Steeple », fut un précurseur. 

Dans son domaine de Langé, où il façonnait ses chevaux avant de les envoyer à Maisons-Laffitte, il dressait ses produits sur une très petite barre dès la première année (foals), puis sur des obstacles toujours plus importants et variés par la suite (de yearlings à 3 ans ou 4 ans), afin que le fait de sauter devienne naturel, « automatique », pour ses élèves, même au bout de leurs forces. 
Ce modèle fut adopté avec le succès que l’on sait par Guillaume Macaire.

France Galop